top of page

Bhagavad Gita : Une Introduction


yoga and Hindu tradition
yoga and Hindu tradition


La Bhagavad Gita - Le Chant Céleste - fait partie de l'épopée du Mahabharata. C'est une conversation entre Krishna et Arjuna. Le héros Arjuna cherche les conseils de Krishna alors qu'il se trouve à la veille de la bataille. Ici, le champ de bataille est une métaphore de la vie humaine avec ses nombreux hauts et ses bas. Krishna donne à Arjuna des conseils pour la vie matérielle et spirituelle - trouver une relation avec Dieu (Conscience Ultime).


La Bhagavad Gita est composée de 18 chapitres. Chaque chapitre est appelé un yoga. Les six premiers chapitres sont appelés Karma Yoga car ils parlent de la conscience individuelle atteignant l'union avec la Conscience Ultime par des actions. Les six deuxièmes chapitres parlent du Bhakti Yoga et parlent de la conscience individuelle atteignant la communion avec la Conscience Ultime par la voie de la dévotion. Les six derniers chapitres sont appelés Jnana Yoga et ils parlent de la conscience individuelle atteignant l'union avec la Conscience Ultime par le biais de l'intellect.


Versets choisis de la Bhagavad Gita :


Chapitre 2 SANKHYAYOGA

  • Comme l'âme passe physiquement par l'enfance, la jeunesse et l'âge, elle passe à la transformation du corps. L'homme composé ne se laisse pas déranger et aveugler par cela.

  • Les touches matérielles, O fils de Kunti, donnant le froid et la chaleur, le plaisir et la douleur, les choses passagères qui vont et viennent, celles-ci apprennent à endurer, O Bharata.

  • L'homme que ceux-ci ne troublent ni ne font souffrir, O cœur de lion parmi les hommes, le ferme et le sage qui est égal dans le plaisir et la souffrance, se rend apte à l'immortalité.

  • Ce qui est réellement ne peut pas disparaître, tout comme ce qui n'existe pas ne peut pas naître.

  • La fin de cette opposition du « est » et du « n'est pas » a été perçue par les voyants des vérités essentielles.


  • Sachez que pour être impérissable par quoi tout cela est prolongé. Qui peut tuer l'esprit immortel ?

  • Les corps finis ont une fin, mais ce qui possède et utilise le corps est infini, illimité, éternel, indestructible. Par conséquent, combattez, O Bharata.

  • Celui qui considère cette (l'âme) comme une tueuse, et celui qui pense qu'elle est tuée, tous deux échouent à percevoir la vérité. Il ne tue pas, il n'est pas non plus tué.

  • Cela n'est pas né, ni ne meurt, ni n'est une chose qui naît une fois et qui, en mourant, ne reviendra jamais à l'existence. Il est non né, ancien, sempiternel ; il n'est pas tué avec le meurtre du corps.

  • Qui le connaît comme une existence spirituelle immortelle, éternelle, impérissable, comment cet homme peut-il tuer, ô Partha, ou faire tuer ?

  • L'âme incarnée rejette les anciens et prend de nouveaux corps comme un homme change des vêtements usés pour des neufs.

  • Les armes ne peuvent pas le fendre, ni le feu brûler, ni les eaux le tremper, ni le vent sécher.

  • Il est inclivable, il est incombustible, il ne peut être ni trempé ni séché. Éternellement stable, immobile, omniprésente, elle est pour toujours et à jamais.


Chapitre 3 KARMAYOGA

  • Car personne ne reste même un instant sans travailler, tout le monde est obligé d'agir impuissant par les modes nés de Prakriti.

  • Qui contrôle les organes d'action, mais continue dans son esprit à se souvenir et à s'attarder sur les objets des sens, un tel homme s'est égaré avec de fausses notions d'autodiscipline.

  • Celui qui contrôle les sens par le mental, O Arjuna, sans attachement s'engage avec les organes d'action dans le Yoga de l'action, il excelle.

  • Mais l'homme dont le plaisir est dans le Soi et qui est satisfait de la jouissance du Soi et dans le Soi il est content, pour lui il n'existe aucun travail qui doit être fait.

  • Il n'a ici aucun objet à gagner par une action accomplie et aucun objet à gagner par une action non accomplie ; il n'a aucune dépendance sur toutes ces existences pour n'importe quel objet à gagner.

  • Par conséquent, sans attachement, accomplissez toujours le travail qui doit être fait (fait pour le bien du monde, lokasangraha, comme il est précisé immédiatement après) ; car en faisant un travail sans attachement, l'homme atteint le plus haut.


Chapitre 4 VERS LE YOGA DE LA CONNAISSANCE

  • Bien que je sois l'enfant à naître, bien que je sois impérissable dans mon auto-existence, bien que je sois le Seigneur de toutes les existences, pourtant je me tiens sur ma propre nature et je viens à la naissance par ma propre Maya.


  • Les œuvres ne se fixent pas sur Moi, et Je n'ai pas non plus le désir des fruits de l'action ; celui qui me connaît ainsi n'est pas lié par les œuvres.

  • Dont les débuts et les entreprises sont tous libres de la volonté du désir, dont les œuvres sont brûlées par le feu de la connaissance, celui que les sages ont appelé un sage.

  • Qui a la foi, qui a conquis et contrôlé le mental et les sens, qui a fixé tout son être conscient sur la Réalité suprême, il atteint la connaissance ; et ayant atteint la connaissance, il va rapidement à la paix suprême.

  • Celui qui a détruit tout doute par la connaissance et a abandonné toutes les œuvres par le Yoga et est en possession du Soi n'est pas lié par ses œuvres, O Dhananjaya.

  • Par conséquent, lève-toi, O Bharata, et recourt constamment au Yoga, après avoir coupé avec l'épée de la connaissance cette perplexité née de l'ignorance.


Chapitre 5 LE YOGA DE LA RENONCIATION

  • Le Seigneur béni a dit : Le renoncement et le yoga des œuvres apportent tous deux le salut de l'âme, mais celui du

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page